Cols de montagne en Maurienne

Normalie

00 33 (0)6 08 91 19 19

normalie@free.fr

bp 230

5 rue du professeur Vincent

78530 BUC

FRANCE

Col de Maurienne

La Maurienne est désenclavée par de nombreux cols rendus célèbres notamment par le Tour de France. On citera :

l'Iseran (plus haut col routier d'Europe à 2770 m d'altitude), le col du Télégraphe, le Col du Galibier, le Col du Mont Cenis, le col de la Croix de Fer et le Col de la Madeleine.

Du col de la Croix de Fer en passant par le Télégraphe et le Galibier, la Maurienne possède certainement les plus beaux et les plus spectaculaires cols de tout l’arc alpin.

Les cols ont écrit et continuent d’écrire l’histoire de cet étonnant territoire que l’on conjugue plutôt… à la verticale.

Les grands cols de Maurienne très fréquentés avant l’ère ferroviaire et la percée des tunnels ont permis de fertiles échanges économiques entre la France et l’Europe. En 1860, le trafic au Mont-Cenis impose le respect : on évaluait le trafic annuel à près de 50 000 voyageurs et 30 000 tonnes de marchandises : du plomb argentifère tiré des mines, du sel, du bois, de la soie acheminée ensuite vers Lyon, le tout à dos d’homme, de mulet ou en diligence.

Beaucoup plus tard, la Route des Grandes Alpes allait très largement contribuer au prestige et à la renommée des cols Mauriennais. Inauguré en 1937 cet itinéraire a vocation touristique reliera Nice à Thonon-les-Bains en passant par les hauts cols.

Mais leurs lettres de noblesse, ces cols sauvages et solitaires, ils les doivent aux exploits et à l’abnégation des coureurs du Tour de France qui ont écrit, à l’assaut de ces ascensions, les plus belles partitions de l’histoire cycliste.